Traditions-Campagne.com

lundi, 19 octobre 2009

Passage de grives

Ca y est nous voilà en plein passage, il a débuté sérieusement il y a une semaine, j'entends par là qu'une quantité considérable de grives se sont déplacées. Il y a surtout des chiqueuses peu de merles pour l'instant. J'espère que vos ramageuses sont au point car c'est maintenant qu'il faut qu'elles vous aident. N'oubliez pas de les mettre assez hautes sur les arbres juste au dessus des verguettes pour le vif. Je pense que je vais démarrer un forum sur le passage des grives et des bécasses afin que la plupart des chasseurs intéréssés puissent avoir une vision globale du passage (pour cela il faudra indiquer votre lieu de chasse pas précisemment mais juste un secteur large par exemple fox amphoux, varage pour avoir les couloirs de migration). Je ne sais pas si vous vous êtres posé la question mais il me semble que les vents sont d'une importance capitale et la semaine dernière ils ont joué plus d'un tour à certains cabaniers qui ce sont étonnés de ne prélever que quelques grives alors qu'à un kilomètre aux alentours c'était le ball-trap : affaire à suivre sur le futur forum. Au fait j'ai entendu parler de bécasses sur la côte une par ci par là, cela sent bon l'automne. Je vais également mettre des photos de mes povadous et des verguettes pour que nous échangions nos techniques. Il faut que vous arriviez à constituer ce que l'on appèlle une chilière emplacement constitué de plusieurs verguettes où les grives se posent volontier se sentant en sécurité. Il va de soi que vous ne la trouverez pas la première année mais avec un peu de nez et d'habitude on sent les endroits c'est beaucoup à l'instinct l'e lieu vous parle il faut surtout qu'il y ait des petis couloirs les grives les affectionnent et au bout vos verguettes.

mercredi, 27 mai 2009

Entretien des pêchers

A cette période et même un peu plus tôt il faut éclaircir les pêchers. Cette opération consiste à enlever le surplus de fruits qui empêcherait l'arbre de produire correctement. Si vous ne le faîtes pas les fruits seront petits et peu sucrés. Il faut laisser un fruit toutes les largeurs de main. Voici une photo en guise de démonstration.

IMG_3735.JPG

IMG_3734.JPG

Passage au noir des grives

Ca y est depuis le 1er mai les grives sont au noir comme on dit, il ne faut plus de lumière jusqu'à fin août. Il faut leur donner des aliments sous vitaminés pour qu'elles ne s'excitent pas ainsi qu'une pâtée avec du genièvre (il faut reproduire la nourriture d'hiver qui n'est pas évidente à trouver pour ces oiseaux). Surtout ne les dérangez pas trop il faut qu'elles soient très calmes, mettez deux gobelets dans les cages comme cela vous rentrerez moins souvent dans la volières une à deux fois par semaine. Quand vous allez inspecter votre installation utilisez une lampe frontale avec des leds rouges, c'est moins agressifs. La lumière agit sur l'hypophyse des oiseaux et stimule le chant donc quand elles sont comme on dit au noir il ne faut pas les perturber. La température est très importante maximum 20° C. L'hygiène de votre volière doit être irréprochable pour que les grives futures ramageuses soient conservées dans des conditions optimales.

Débourgeonnage de la vigne

Actuellement il faut lever les gourmands des vignes. Tout ce qui est en dessous du porteur et sur le pied doit être ôté à la main. Cette opération est très importante d'une part pour la production d'un raisin de qualité et pour ne pas faire souffrir la vigne qui aurait trop de raisins à mûrir mais également pour la taille car si vous laissez tous les gourmands quand il s'agira de tailler le travail sera colossal et surtout le nombre de coups de ciseaux fortement augmenté. N'oubliez pas que vous pouvez laisser un gourmand idéalement placé afin d'en faire un porteur l'année suivante il faut donc réfléchir quand on débourgeonne à l'année suivante.

Voici une photo avant débourgeonnage

IMG_3741.JPG

IMG_3743.JPG

Voici la même vigne après débourgeonnage

IMG_3748.JPG

IMG_3751.JPG

IMG_3755.JPG

IMG_3756.JPG

Planning de traitement des vignes

Comme promis je vous mets le planning de traitement de la vigne en ligne. Aujourd'hui le 27 mai nous en sommes au stade H du programme c'est à dire boutons floraux séparés. A chaque stade il y a une photo descriptive de l'évolution de la vigne. Bon traitement.

planning_vignes.jpg

mercredi, 20 mai 2009

Traitement vigne contre le mildiou et l'oïdium

Beaucoup de personnes consultent le blog pour connaître le traitement de la vigne. Actuellement il faut traiter contre le mildiou Il faut ajouter du Tairel qui a une action de contact et action systémique avec diffusion homogène dans la plante, il faut 2.5 litres par hectare de vigne et la cadence est de : 14 jours pression normale, 12 jours pression forte, ajouter du Stroby df 0,2 kg/ha avec un l'anti-mildiou systémique Tairel (cadence 12-14 jours). Pour lutter contre l'oïdium, vous pouvez également traiter en préventif avec du karathane sh , utiliser la dose de 0,6 kg/ha pour les deux premiers traitements qui suivent le débourrement. Utiliser ensuite 0,8 à 1,2 kg/ha, selon le développement de la végétation et renouveler l'application 8 à 10 jours plus tard. Je vais mettre en ligne un planning de traitement que j'utilise et qui a été conçu par le technicien agricole de la société qui me fournit les produits. Bon traitement.

vendredi, 15 mai 2009

Planning technique : conduite d'un verger d'olivier

Voici un planning technique proposé par l'Afidol dont je suis membre car je cotise quand je mène les olives au moulin. Ce planning est complet et surtout très simple et je vous conseille de visiter le site de l'Afidol sur internet.

olivier

Voici également une liste des produits et des maladies correspondantes.

traitement

mardi, 5 mai 2009

Traitement de la vigne

La lutte contre les maladies est une étape essentielle dans la culture de la vigne. L'oidium, le mildiou, pour ne citer que ces quelques ennemis de la vigne, guettent vos grappes de raisin tout au long de leur croissance. Quelques traitements préventifs éviteront leurs attaques. Pour lutter contre les différents ennemis de la vigne, plusieurs produits sont à votre disposition : la bouillie bordelaise contre le mildiou, le soufre contre l'oïdium, d'autres fongicides contre les maladies dues à un champignon. Lors du traitement, portez un masque, une paire de lunettes et des gants. Ne jetez pas l'eau de rinçage n'importe où. Pulvérisez-la sur la vigne sans enlever le produit de traitement. Si il y a du vent (pas trop) soyez intelligent servez vous en ne sulfatez pas à contre vent.

Il convient actuellement de traiter contre le mildiou mais me direz vous qu'est ce c'est ? Comment le reconnait-on ?

  • Le mildiou (plasmopara viticola) est un champignon dont les spores hivernent sur les restes des feuilles atteintes. Transportées par le vent, elles se déposent de pied et pied et se développent avec l'humidité, par temps de pluie . La maladie entraîne la chute des feuilles et par conséquent un retard de maturité, un degré alcoolique plus faible, un mauvais aoûtement des bois, une plus grande sensibilité au gel, un retard au débourrement, et une incidence défavorable sur la production.



Le mildiou a une apparence très caractéristique : il apparaît des sortes de "taches brune" sur la face supérieurs des feuilles, suivies d'un feutrage blanc symétrique sur la face inférieure. La maladie entraîne la chute des feuilles et par conséquent un retard de maturité, un degré alcoolique plus faible, un mauvais aoûtement des bois, une plus grande sensibilité au gel, un retard au débourrement, et une incidence défavorable sur la production.Les grains atteints diminuent puis se dessèchent complètement.

Le développement de la maladie est favorisé par un temps doux et humide au printemps, et par toutes les circonstances qui provoquent la formation d'un microclimat humide : terrains imperméables, sols humides

  • L'oïdium est une maladie cryptogamique due à un champignon microscopique qui se développe à la surface des organes verts de la vigne. A l'époque du débourrement, les filaments du champignon contenus dans les bourgeons se développent et contaminent les jeunes organes verts. On observe alors une légère frisure sur le bord des jeunes feuilles qui prennent un aspect crispé, et la formation de taches diffuses d'un gris terne.

En cours de végétation, l'aspect gaufré et boursouflé des feuilles s'accentue leurs bords se relèvent en tuiles vers la face supérieure tandis qu'une poussière gris blanchâtre envahit l'ensemble du limbe. Une invasion très précoce peut même provoquer l'apparition de pousses entièrement blanchâtres. Sur les rameaux se forme la même poussière grisâtre. Les fleurs peuvent également être contaminées puis se dessécher et tomber. Les grains se couvrent à leur tour de poussière blanchâtre; leur peau se durcit, se fendille et finit par éclater. Le champignon se développe dès que la température atteint 10 à 12 °C, l'optimum se situant vers 25 °C. Une atmosphère chaude et humide et un temps couvert sont favorables à l'Oïdium

Traitement pour l'oïdium

dimanche, 26 avril 2009

Les morilles

C'est la saison des morilles. Aux environs de pâques nous les voyons pousser ça et là au bord des ruisseaux. Cette année est une année exceptionnelle car il a beaucoup plu, et en plus il n'a pas fait trop de mistral. Vous me direz comment trouver des morilles et là je vous l'accorde la tâche est ardue. Tout d'abord il y a différents endroits où trouver les morilles, le premier et de loin le plus productif est le ruisseau. En effet celui retient l'humidité et est souvent bordé de freine arbre béni des chercheurs de morilles. Mais attention il ne faut pas chercher dans le lit du ruisseau mais sur les accotements pour la simple et bonne raison que le sol est lavé, tout est littéralement emporté. Ensuite le deuxième endroit très prisé des chercheurs (attention ceux de morilles n'ont pas de paniers ils sont très très discrets voir fantomatiques) est le chemin remué si je puis dire. Intéressez-vous aux chemins qui ont été réalisés pendant les mois de juin juillet, aout, septembre, qui précèdent la saison. Ceux là doivent être analysés minutieusement sur et sous le chemin mais attention ils ne produisent qu'une année. En dernier lieu faîtes les tas de décombres surtout ceux où il y a du plâtre vous risqueriez d'être surpris. Je vous souhaite une bonne cueillette précipitez vous car la saison est très courte. Voici de quoi vous mettre en appétit et n'oubliez pas après de visiter le site de recettes http://www.recette-sud.com morilles

Voici un morillon tout aussi bon.

Morillon

Et pour finir une belle morille

Belles morilles

Les murs en pierre sèches : les restanques

L'entretien de la campagne ne se limite pas au travail du sol et des végétaux, il faut offrir aux plantes un décor où elles se développeront en toute quiétude. C'est la raison pour laquelle en provence on voit fleurir les murs en pierre sèches : les restanques. Ils ont permis de dompter la nature afin de cultiver sur un territoire très escarpé. Bien souvent on y plantait du blé ou des vignes et ils permettaient de retenir la terre et d'empêcher l'herbe de proliférer. Cette année avec les fortes précipitations que nous avons connues les restanques ont été mises à mal et vont nécessiter de nombreuses heures de travail pour leur réfection.

restanque

Le principal dans un mur en pierre sèche c'est ce que l'on appelle le drain car c'est lui qui permet de drainer l'eau et évite la poussée de la terre sur le mur. Il doit être constitué de petites pierres les massacans (un caillou pour boucher les interstices des murs en pierre) récupérées dans la campagne et agglomérées entre elles, plus le drain est profond plus il est efficace et dîtes vous bien que si vous mettez que de la terre derrière votre mur il ne résistera pas longtemps. Ensuite il faut donner ce que l'on appelle du fruit. Par fruit, on entend traditionnellement la légère inclinaison ou pente qui est donnée aux parements d'un mur de façon à ce que celui-ci soit non pas strictement vertical mais d'épaisseur décroissante de la base au sommet. Cette technique vise à renforcer l'équilibre et la solidité du mur. Le fruit est obtenu d'autant plus aisément que les pierres de chaque assise seront posées très légèrement inclinées ou en pente vers l'intérieur du mur. Maintenant que vous connaissez la technique il ne vous reste plus qu'à retrousser vos manches et au boulot. J'allais oublier il ne faut surtout pas oublier de faire des bonnes fondations avec de grosses pierres qui seront quasiment enterrées et ensuite il faut utiliser toujours le même format de pierre (même grosseur).

pierre taillée

Il faut veiller à disposer les faces (côtés les plus jolis et les plus réguliers des pierres) dans le sens de la largeur le côté le plus long doit être encré dans le drain ce qui permettra à votre mur d'être beaucoup plus résistant. Certaines pierres devront être taillées nécessitant l'utilisation d'un TÊTU-PIC qui est un marteau de maçon à un bout en forme de pic et à l'autre bout en forme de V aux deux arêtes vives. Il permet d'obtenir des pierres plus régulières, d'aplanir la face de parement de ces dernières, ou encore de casser des pierres friables pour obtenir des pierres de remplissage. Si vous travaillez des pierres dites froides je vous souhaite un bon courage car elles sont très dures à casser. Voici quelques photos de mes réalisations, le savoir-faire m'a été transmis oralement et surtout à grandes gouttes de sueur mais quel beau résultat et quel plaisir des yeux quand vous vous reposez et que vous contemplez comme les bâtisseurs votre ouvrage.

mercredi, 22 avril 2009

Les traitements : Le pêcher

Après la taille il faut traiter. Il convient de mettre de la bouillie bordelaise. Pour les pêchers cela permet de lutter contre la cloque. La cloque du pêcher est une maladie provoquée par une champignon (taphrina deformans), Les feuilles atteintes changent de couleur, et deviennent généralement rouge ou vert pâle. Surtout, elles prennent un aspect tordu et enroulé, puis s'épaississent et se boursoufflent. Il faut traiter vos arbres avant l'ouverture des bourgeons car après ce n'est plus trop efficace. Il faut s'assurer de la météo car si il pleut derrière le traitement n'aura servi à rien. Le plus efficace est de faire du préventif car il n'existe pas de curatif. Les astuces avec de l'ail au pied de l'arbre ou du purin d'ortie sont à mon sens peu probantes.

Voici une photo d'un de mes pêcher malheureusement atteint par la cloque.

IMG_3731.JPG

IMG_3732.JPG

jeudi, 16 avril 2009

Les poireaux

Il convient de faire de même que pour les tomates (voir billet sur ce sujet) sauf qu'il ne faut pas mettre de plastique. Incliner les dans la raie d'environ 20°, alignez les côte à côte environ 5cm puis recouvrez les d'un tiers. Attendez que ça pousse. Pour acheter les plants de poireaux qui se vendent environ 15 le mètre adressez vous à un agriculteur qui est spécialisé dans la production de plants. Les poireux peuvent se congeler et être dégustés l'hiver dans de bonnes soupes ou autres le mieux étant de les garder en terre jusqu'au mois de février.063.JPG 062.JPG

Les tomates

C'est le moment de préparer le sol pour les tomates. Il convient d'ouvrir une raie avec le motoculteur ou là la main de profondeur environ de 15 cm. Ensuite sur le fonds disposez de la corne broyée que vous trouverez dans les coopératives agricoles. Versez la de façon continue et recouvrez la ensuite de terre avec votre rateau, attention il ne faut pas remettre toute la terre dessus . Ensuite si vous utilisez le goutte à goutte disposez le de côté sur la raie puis mettez votre plastique noir (pour éviter de faire l'herbe entre les plants). Votre sol est près pour acceuillir les plants de tomates et autres poivrons, aubergines, basilis, persil et il ne vous reste plus qu'à attendre la maturité pour les cuisiner.

dimanche, 12 avril 2009

Brochette de grives

Après une belle saison de chasse, voici venu un des moments les plus agréables: déguster une bonne brochette de grives en famille.

J'ai proposé notre recette de famille sur un site de recettes du sud qui met en ligne de délicieuses recette de notre Provence entre autres... Nous vous conseillons d'aller y jeter un oeil ici...

Aujourd'hui, nous avons profité que toute la famille était réunie pour se faire 'une brochette de grives', plat traditionnel, convivial et incontournable dans les familles de chasseur!

Il faut compter environ 4 à 5 grives par personne. Il ne faut pas oublier, qu'avec vous mangerez de belles tranches de pains sur lesquelles le lard qui barde les grives aura coulé....et vous ferez une bonne salade frisée à l'ail de préférence... Tout un programme!

Faites un bon feu de bois avec une bonne braise pour commencer:

FEU_DE_CHEMINEE.JPG FEU.JPG

Préparez vos grives: plumez-les, coupez les pattes.

GRIVES_PLUMEES.JPG GRIVE_LARDEE.JPG

Prenez de belles tranches de lard blanc, coupez-les en morceaux de sorte à ce que ces morceaux enrobent votre grive...'Bardez' ou 'lardez' vos oiseaux...( je mets le vocabulaire entre guillemets car certains mots sont issus de notre patois local et peuvent paraître assez incompréhensibles ou obscurs pour certains! ;-) )

LARDER_GRIVES_2.JPG MORCEAUX_DE_LARD.JPG

Préparez votre broche et votre 'lèche frite' dans laquelle vous allez disposer vos tranches de pain qui iront sous la brochette et qui recueilleront le lard fondu de vos oiseaux...
BROCHE_LECHE_FRITE.JPG

Embrochez vos grives une à une précautionneusement...

EMBROCHAGE_GRIVES.JPG EMBROCHAGE.JPG

Mettez le tout sur votre broche...et garbissez votre lèche frite de morceaux de pain...

EMBROCHAGE_2.JPG TRANCHES_DE_PAIN.JPG

Votre brochette est prête à cuire...Allez la placer devant votre cheminée, pas trop près pour ne pas que les oiseaux brulent à l'extérieur et restent saignant à l'intérieur...Salez votre brochette et laissez tourner 1 bonne heure!

EMBROCHAGE_2.JPG BROCHETTE_DE_GRIVES_2.JPG

Avant de retirer votre brochette du feu, vous pouvez faire fondre du lard dans un cône préalablement chauffé dans la braise et arroser vos oiseaux du gras fondu pour qu'ils soient encore plus goûtus...

CONE.JPG CONE_2.JPG

Ca y est, votre brochette est prête à être dégustée....

BROCHETTE_DE_GRIVES_CUITES.JPG TRANCHES_DE_PAIN_2.JPG GRIVES_CUITES_AU_FEU_DE_BOIS_2.JPG

GRIVES_CUITES_AU_FEU_DE_BOIS_1.JPG GRIVES_CUITES_AU_FEU_DE_BOIS_3.JPG

vendredi, 10 avril 2009

Réalisation des verguettes

Les verguettes pour attraper les appellants sont réaliser le plus souvent à partir des bois d'olivier ou des lauriers thym. C'est maintenant qu'il faut couper les rameaux ou les tiges de lauriers et les faire sécher. Il faut que le diamètre soit d'environ 8mm c'est l'idéal en ce qui concerne la longueur cela dépend des fédérations de chasse et de la règlementation en vigueur (je mets en liens l'adresse des fédérations) mais pour moi la longueur c'est 50 cm. Vous pouvez également acheter des rondins de bois en pin de diamètre 8mm mais là il faut les brûler car sinon ils sont trop clairs. Si vous avez des anciennes verguettes et que vous voulez les dévisquer, j'ai une astuce qui fonctionne bien je vous mettrai les photos d'ici peu car je vais le faire. Faîtes attention à la disposition de vos povadous il ne faut pas qu'ils soient de niveau il faut les incliner afin que la grive ou le merle quand ils s'envoient inclinent leurs ailes et de ce fait s'attrapent automatiquement les ailes bien ouvertes (moins de risques de pertes). Si vous faîtes des cimeaux les verguettes sont les mêmes. Là aussi il existe plusieurs astuces nous en parlerons par la suite. Attention également si vous avez des ramageuses il faut les mettre à côté des verguettes car les grives se posent à côté de celles-ci.

mardi, 7 avril 2009

Les artichauts

C'est la période pour nettoyer les artichauts c'est pour ainsi dire leur taille. Il faut comme on dit les enraidir, cette opération consiste à ne laisser que 4 branches afin que ceux-ci produisent de façon abondante : le principe est le même que pour les arbres il faut donner de la force à ce qui reste. Voici une photo de plan d'artichauts avant le nettoyage et une après. 7.JPG

8.JPG

9.JPG

Et maintenant il ne vous reste plus qu'à attendre la production et réaliser de succulantes recettes notamment celle des artichauts barigoule

lundi, 6 avril 2009

Préparation du poste aux grives : l'élaguage des arbres.

Ca y est ! Ce week-end j'ai élagué les arbres du poste. J'ai eu un gros travail car ils étaient très hauts mais le résultat escompté est là, je me vois déjà en octobre. Réveillons-nous !!! Voici comment il faut les tailler pour que les grives soient visibles rapidement et qu'elles s'envoient là où vous le voulez. Attention il faut faire preuve de minutie car ces oiseaux sauvages sont très peureux et observateurs. Si vous taillez au mauvais moment la sève des pins coule et laisse un marque blanche sur les arbres ce qui ne plaît pas du tout aux oiseaux qui en sélectionneront un autre. Ensuite si vous les éclaircissez trop elles ne s'enverront pas car il faut qu'elles se sentent un peu en sécurité il faut donc tailler de façon à ce qu'elles frondent sur les branches s'en hésitation. Je ne détiens pas la science infuse mais je dois avouer que je prélève mon quota donc c'est que quelque part la méthode est efficace. N'oubliez pas de sélectionner les pins où seront placées vos ramageuses. Voici quelques photos avant et après l'élaguage. Me voici en train d'arranger les pins attention il être sécurisé car cela est très dangereux vu la hauteur

1.JPG

Celui-ci est maintenant éclairci mais pas trop

2.JPG

grive.JPG

3.JPG

4.JPG

5.JPG

Ce pin là est beaucoup trop touffu même si elles s'y envoient vous ne les verrez pas

6.JPG

vendredi, 3 avril 2009

Recette du terroir: la daube provençale



Après une bonne journée de labeur, quoi de meilleur qu'un bon repas mijoté au coin du feu?

Voici aujourd'hui la recette de la daube provençale : ici

jeudi, 2 avril 2009

Conception de la volière



Après les travaux agricoles il faut s'occuper des bêtes comme on dit.
Le chien bien évidemment mange avant son maître mais chez moi il y a aussi les grives.
Et oui ces chers turdidés Oiseaux passériformes insectivores font l'objet d'une grande attention.
Comme nous sommes au printemps les mâles chantent en volières.
C'est le moment de les repérer et de les sélectionner.
Il y a des méthodes cliniques pour le faire mais c'est beaucoup plus passionnant de les écouter et de les espionner.
Vous me direz mais comment faire pour les reconnaître car elles sont toutes identiques ?
Ma technique est simple je les bague différemment (couleurs).
Il va s'en dire qu'il ne faut pas cinquante grives à surveiller mais une vingtaine c'est faisable.
Une fois trouvées transformez les en ramageuses .
J'ai ma méthode qui fonctionne bien et elle me suffit pour offrir quelques brochettes à mes amis car il ne faut surtout pas oublier que la quintessence de la chasse c'est de se retrouver autour d'une bonne table entre convives à déguster des mets de qualité en narrant nos histoires de chasse comme dans les contes de la bécasse de Maupassant (un peu de culture ne fait pas de mal dans ce monde de rustre).
J'allais trébucher : il ne faut pas oublier le vin , élixir de jouvence, surtout celui des côtes de Provence à ce titre il faut faire très attention aux vins que l'on associe aux gibiers car un gibier et un vin évoluent dans un terroir et ils vont souvent de pair à table.
Plongé dans mes rêves de chasse j'oublie la raison de cet article la conception de la volière.


Voici comment j'ai organisé mon installation afin que les grives aient un maximum de confort, il faut absolument de l'espace premièrement, ensuite des branches d'arbres morts pour qu'elles puissent se poser en hauteur et ne pas avoir constamment les pattes dans leurs excréments, puis de l'eau propre à profusion pour qu'elles se désaltèrent mais aussi se lavent.
Il faut faire très attention à créer plusieurs points d'eau (surtout pas profonds car elles se noient) car bien souvent il y a des dominantes qui peuvent empêcher leurs congénères de s'alimenter faire de même pour la nourriture.

Grive siffleuse mâle en train de ramager++ : photo réalisée avec un appareil à télécommande. Celui-ci étant reglé sur une branche bien précise sur laquelle a pour habitude de s'envoyer ce mâle . Les ramageuses__ ont des habitudes et au poste c'est pareil. Donc à vous d'en tirer les conclusions.



Photo_108.jpg

Photo_106.jpg ramageur.jpg siffleuse.jpg Photo_096.jpg



La taille des pommiers et des poiriers



Supprimez toutes les branches poussant vers l’intérieur de l’arbre, elles n’ont aucune utilité et peuvent altérer la fructification.

* Poiriers

campagne_bloc_076.JPG

Faites ensuite une taille des branches principales en faisant le tour de l’arbre. Vous couperez les branches de l’année précédente au dessus du 2ème ou 3ème bourgeon. Veillez toujours à tailler au-dessus d’un bourgeon tourné vers l’extérieur pour ne pas privilégier la pousse vers l’intérieur. Le résultat final doit être le suivant :

campagne_bloc_077.JPG



* Pommiers

campagne_bloc_071.JPGcampagne_bloc_070.JPGcampagne_bloc_072.JPG



- page 1 de 2